Ecrit par : Bernard Béguin le 23/06/2017 - Lu : 297 fois - Commentaire : 1
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Quels sont les job boards utiles pour les consultants en portage salarial ?

Depuis la création de Cadremploi en 1996, l’essor des job boards en France n’a cessé. Les plateformes de recherche d’emploi généralistes côtoient désormais des sites spécialisés par métier ou secteurs d’activités et par région.

Si une grande partie de ces sites propose des offres en CDD ou CDI (90% APEC, Cadremploi), le secteur a su également capter une cible de plus en plus attractive : les 800 000 freelances de l’hexagone dont les professionnels en portage salarial.

Quels job boards choisir ?

Qu’est-ce qu’un job board ?

On pourrait traduire job board par « panneau d’emploi ». Une définition qui évoque bien la nature et la fonction de ces sites qui se développent depuis la fin des années 90. Initialement, ils avaient pour vocation de mettre en ligne des offres d’emplois ou de missions en temps réel. Depuis, leurs services se sont diversifiés tant auprès des recruteurs que des candidats, qui désormais peuvent gérer leur profil en ligne et disposer de conseils précieux via les blogs ou les actus associées pour gagner en visibilité et optimiser leur carrière.

Les grands généralistes du secteur tels que Cadremploi, Monster, Apec ou Indeed se disputent désormais le marché avec des sites spécialisés par métier ou secteur d’activité ou des sites régionaux. Le site lesjeudis.com s'’adresse par exemple aux métiers de l’informatique, stepsone.fr est spécialisé en IT, ingénierie, commerce et marketing. Plus de 80% des offres de regionJob.com sont en province.

Bien que dans l’ensemble, ces sites proposent très majoritairement des postes en CDI ou CDD, ils restent des sources d’information précieuse sur les profils recherchés et les secteurs en développement pour un consultant en portage salarial.

Pour répondre aux besoins spécifiques du freelance ou du porté salarié, des dizaines de sites se sont spécialisés dans les offres de missions avec un précurseur historique : freelance.com

Quelles missions en job boards ?

Des sites spécialisés pour freelance

La plupart des sites pour freelance ont d’abord développé des offres pour les professionnels de l’IT. Si pour certains, la part des offres de missions reste importante dans ce domaine, ces job boards s’ouvrent désormais à tous les métiers du conseil tandis que certains se spécialisent comme graphiste.com ou hitechpros.com.

Mission 2.0, comment s’y retrouver ?

Avec plus de 300 acteurs positionnés sur le marché de l’emploi ou des missions, il est difficile de s’y retrouver. Chaque consultant, formateur ou créatif porté à ses domaines de spécialités. Le site emploi-2-0.com propose un annuaire détaillé des job boards en France et également des réseaux professionnels thématiques. Cet excellent outil permet à chacun d’affiner sa stratégie de visibilité pour multiplier l’opportunité de décrocher des missions.

Pour les consultants IT portés, les sites des grandes SSII et des recruteurs de freelance sont également intéressants à prospecter : Celad, Urban Linker, Agence-e.

On a testé pour vous : Hopwork, le site pour freelance qui cartonne !

Fondée en 2013 par d’anciens développeurs java et un ex chef d’entreprise informatique, la start-up Hopwork connaît un taux de croissance de son CA de 15% par mois ! Bien que le digital représente 30% de ses profils, Hopwork s’ouvre à tous les secteurs du conseil dont l’image, le marketing, la communication, les RH et même les profils atypiques. On y trouve par exemple des musiciens !

Le site a développé son propre algorithme pour optimiser la concordance entre les profils et les offres de mission des entreprises. Un système de notation est également mis en place.

Pour connaître plus exactement leurs conditions d’inscription, MISSIONS-CADRES les a contactés. Un excellent accueil avec des explications claires ! L’inscription avec dépôt de CV et profil est gratuite pour le freelance.

Contrairement à certains sites, tous les statuts sont acceptés dont le portage salarial. Hopwork prélève une commission de 10% (dégressive) à partir du moment où un devis est signé avec une entreprise (devis avec nom et en-tête de la société de portage dans notre cas). Si le service a un coût, il apporte toutefois des garanties de sécurité intéressantes. Le paiement du client final est ainsi garanti grâce au dépôt obligatoire des honoraires du client sur un compte.

A l’issue de la mission, la facture est envoyée à Hopwork par la société de portage au nom du consultant porté.

Findeur, un nouveau positionné sur le marché des TPE et PME

Avec 5 000 freelances et 500 entreprises à son actif, le job board se veut résolument généraliste. Il mise ainsi sur des profils de consultants en RH, droit, communication ou finances. Findeur assure également la sécurité des paiements et prélève une commission fixe de 7,5% sur la mission réalisée.

Freelance.info, le site freelance de référence

C’est le plus ancien des sites dédiés à la mise en relation entre freelances et sociétés. Fondé en 1995, freelance.info a su se placer en première position sur le marché des missions via internet.

Avec 30 000 à 60 000 visites hebdomadaires et plus de 10 000 entreprises en recherche de prestataires, ce job board reste la référence pour les consultants freelance ou en portage salarial, plus particulièrement les profils informatiques. Petit bémol, la prestation est relativement chère : 20% de commission prélevée sur le prix de la mission.

Un des grands avantages du site est la richesse de ses informations comme le baromètre hebdomadaire des missions et les tarifs des freelances en informatique. Ces deux outils bien exploités vous permettent d’affiner votre stratégie de marché en comparant les offres de missions par rapport à vos compétences et en affinant vos prix.

5.Quelques précautions à prendre

La diversité n’est pas toujours gage de qualité. Il est donc important avant de vous inscrire sur un job board de lire attentivement les conditions appliquées. Si certains sites assurent une mise en relation gratuite, d’autres font payer l’inscription à leur base de CV ou pour répondre à une offre de mission sans garantir de remporter le marché.

Derrière certains job boards se cachent également des partenariats avec des sociétés de portage salarial. A vous de vérifier si vous restez libre de votre choix concernant votre société de portage salarial.

Enfin, certains sites n’acceptent pas tous les statuts juridiques.


À lire en complément avant de se lancer, cet article de Keljob:

« 7 erreurs à éviter quand on dépose son CV dans une CVthèque »


Illustration : © gustavofrazao - Fotolia

1 commentaire :

Ecrit par Olivier Lambert
Le 13/07/2017 à 09h53

Bonjour Monsieur Bernard béguin,

Intéressant article que vous nous avez posté. Effectivement, on remarque sous la concurrence des américains Monster ou Indeed, une transformation du paysage des sites d'emplois en France.

Je travaille moi-même au sein d'une structure pour ingénieur en France. Nous proposons aussi de nombreuses missions freelance. Dans ce but, pourriez-vous nous citer dans votre article ? http://www.onlyengineerjobs.fr

Bien cordialement,
Olivier

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : f3edbg4hdu