Ecrit par : miscad le 02/02/2012 - Lu : 1 297 fois - Commentaire : Aucun
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Le portage salarial, un statut sécurisé pour le formateur indépendant

La formation professionnelle continue pèse lourd dans l’économie française. Le produit de l’activité des organismes privés adhérant à la Fédération de la Formation Professionnelle s’élevait à 1,294 Milliards d’Euros en 2010, chiffre d’affaire maintenu en 2011 (source L’Actualité de la formation).

Les signes forts, donnés par le gouvernement ces dernières semaines pour soutenir l’accès des demandeurs d’emploi à la formation professionnelle continue, devraient permettre au secteur de maintenir son activité malgré la crise. Les organismes de formation privés affichent donc leur optimisme pour 2012 !

 La formation professionnelle, un secteur hautement concurrentiel

Il n’en reste pas moins que la formation professionnelle est un secteur où la concurrence est forte en France et l’offre très variée : organismes de formation privés, organismes consulaires, services de formation continue des universités et pléthore de statuts (indépendants, vacataires ou auto-entrepreneurs).

Difficile de se retrouver dans ce dédale d’offres, où la qualité et le professionnalisme ne sont pas toujours au rendez-vous. Quel statut choisir lorsque l’on est formateur indépendant ?

Le portage salarial, un sésame de sécurité pour les formateurs

Le formateur indépendant est particulièrement représenté dans une profession qui donne la part belle aux prestataires sollicités sur des missions de quelques semaines ou de quelques mois.

Si les débouchés sont importants, il reste que le choix du statut est un enjeu essentiel pour sécuriser son activité et dégager du temps pour l’exercer.

Les études comparatives réalisées par MISSIONS-CADRES entre les statuts de free lance, auto-entrepreneur et formateur en portage salarial traduisent l’intérêt de devenir collaborateur porté : aucune structure juridique à gérer soi-même, pas de risque sur le patrimoine personnel, les avantages du régime du salariat, un salaire dès la fin de la mission, des frais de gestion dégressifs, un parcours administratif simplifié, et l’assurance de ne pas être contraint par un chiffre d’affaires limité annuellement à 32 600 euros HT, comme avec le statut d’auto-entrepreneur.

Formateur porté chez MISSIONS-CADRES : un parcours administratif simplifié

Chez MISSIONS-CADRES, le formateur porté bénéficie d’un accompagnement qui simplifie l’ensemble de ses démarches.

Le numéro de déclaration d’activité (agrément formation) est dispensé par MISSIONS-CADRES. Il permet au formateur autonome de dispenser des formations entrant dans le cadre du DIF auprès de ses entreprises clientes.

La convention de formation complétée par le programme est signée par le client final qui devra la soumettre à son OPCA pour être prise en charge. Après analyse et acceptation du projet, le formateur porté peut réaliser sa prestation en prenant bien soin de tenir à jour la feuille de présence des stagiaires.

En fin de mission, MISSIONS-CADRES assure la facturation auprès du client final en conformité avec les termes de la convention et du contrat de formation.

En cas de litige, c’est MISSIONS-CADRES qui prend en charge la procédure. Ce parcours simplifié permet au formateur autonome de se centrer sur son cœur de métier et de perfectionner sa pratique.

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : rcxjzjts47