Ecrit par : Bernard Béguin le 31/05/2018 - Lu : 249 fois - Commentaire : Aucun
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Digitalisation : opportunité ou risque pour les métiers de services des portés ?

À l’heure où la robotisation et la digitalisation prennent un essor sans précédent, à tel point que l’on parle de révolution digitale, quel sera l’impact réel de l’intelligence artificielle sur les métiers des prestations de services ?

Les professionnels en portage salarial seront-ils impactés ? Comment se préparer aux métiers de demain et dans quelle branche se convertir dans les années qui viennent ?

Cela fait 20 ans que la digitalisation modèle notre économie et fait muter de nombreux emplois, notamment dans la presse, la musique et le marketing. Face aux nouveaux outils internet, ces pionniers se sont adaptés et de nouveaux métiers largement représentés dans le secteur du portage salarial font à présent partie de notre environnement économique : webmaster, blog designer, community manager, responsable SEO…

Avec le développement de l’intelligence artificielle et les recherches qui s’accélèrent sur la bobotisation, c’est un nouveau pas franchi vers une profonde mutation des emplois et de l’économie. Le sujet fait débat. Pour certains il s’agit d’une formidable opportunité, pour d’autres une destruction potentielle de millions d’emplois. Dans son hors-série consacré aux Robots, le Monde avance deux études réalisées sur le sujet : « en 2013, les chercheurs d’Oxford estimaient que 47% des emplois américains étaient menacés ». Des chiffres contredits par l’OCDE en 2016 qui estime que 9% des emplois sont réellement menacés à terme.

Pourtant, l’intelligence artificielle est l’eldorado de demain. Toujours selon le Monde, si le secteur représentait 1,3 Milliards d’Euros en 2016, il atteindra 59, 7 Milliards d’Euros en 2025. Les domaines les plus porteurs sont : « la détection et l’identification d’objets, l’identification et le classement d’images, l’analyse de données médicales, le commerce et le trading algorithmique, la localisation et la cartographie et la maintenance prédictive » (Source Dans la Tête des robots – Le Monde).

Quels sont les secteurs d’activité les plus impactés par la digitalisation ?

La robotisation industrielle continue son essor avec de plus en plus de taches complexes prises en charge par les robots. Dans le BTP, le numérique bouleverse la donne avec la modélisation des bâtiments, la domotique, de nouvelles applications pour gérer l’organisation et le suivi des chantiers, mais aussi la relation client via internet. Le transport et la logistique connaissent des mutations profondes avec la géolocalisation et les recherches actuelles sur les transports autonomes. La maintenance est également fortement impactée. L’opérateur de maintenance contrôle désormais à distance les machines et les capteurs.

Dans la santé, l’assistance des robots et des algorithmes en radiologie, en chirurgie, le développement de l’e-santé et de l’e-accompagnement des personnes âgées ou fragilisées via des objets connectés bouleversent le secteur. Désormais, les médecins sont assistés par des machines qui sont plus performantes dans l’analyse des radios par exemple. Cependant, les métiers de la santé ne disparaîtront pas car le lien humain reste prévalent. La téléassistance et la domotique devraient générer près de 300 000 emplois dans les années à venir selon le Ministère du Travail.

Qu’en est-il des services ?

Le secteur des services est également en pleine mutation : e-commerce, automatisation de la grande distribution, gestion automatisée des contrats d’assurances, recherche et analyses par des algorithmes dans le juridique.

La blockchain, nouveau système d’échange sécurisé qui fonctionne comme un livre de compte, oblige d’ores et déjà les banquiers, les assureurs et les traders à repenser leur métier et à diversifier leur offre de services.

Enfin, la dématérialisation des services se généralise : administration, banque et assurance, enseignement.

Quels métiers risquent de disparaître ?

Selon l’analyse réalisée par le Groupe ADDECO et son think tank dans le livre blanc « Digitalisation et robotisation, réinventer les métiers ? », 3 millions d’emplois en France seraient menacés. Parmi les métiers de services : « démarcheur téléphonique, dactylographe, gestionnaire de compte financier, administrateur des ventes, comptable et gestionnaire de paie, responsable financier, employé d’assurance ou de banque, responsable administratif local, bibliothécaire, standardiste, réceptionniste, opérateur de communication, employé de transport et de distribution. »

D’autres métiers cités sont en risque comme celui de journaliste. Les algorithmes sont en capacité d’écrire aujourd’hui des articles et des argumentaires publicitaires ou politiques… Cependant, ils le font à partir des millions de données analysées. La créativité, nous l’espérons, a encore du sens…

Ces métiers de services en portage salarial qui ont encore de l’avenir

Les métiers les moins exposés sont ceux qui reposent sur le lien humain. Les formateurs et coachs portés ont de belles perspectives d’avenir. La demande va s’accroître pour accompagner les profils les plus éloignés des NTIC vers une adaptation aux nouveaux enjeux numériques de leur entreprise, pour former les professionnels au développement de leurs soft skills (adaptabilité, créativité, réactivité,…), enjeu majeur dans l’environnement professionnel de demain. Plus généralement, les métiers de l’orientation et de l’enseignement perdureront.

Tous les consultants portés en IT, les digital marketeurs, les web masters, bref toute la sphère informatique a de beaux jours devant elle à condition d’assurer une veille recherche et développement et de se former régulièrement aux évolutions digitales.

Les conseils en RH portés ont de nouveaux enjeux à relever dans un monde en mutation où près d’un employé sur cinq est éloigné du digital et où le passage au numérique reste à faire pour bon nombre d’entreprises : plan de recrutement, fidélisation des jeunes, développement des nouvelles compétences pour l’entreprise, management par projet où il faudra composer avec des acteurs qui choisissent eux-mêmes des formes d’emploi différentes (internes et de plus en plus externes à l’entreprise).

Les métiers de la santé restent incontournables : psychologue, thérapeute, responsable de services sociaux, infirmier, médecin, orthophoniste, sage-femme, pharmacien…

Ces nouveaux métiers qui ont une belle cote sur le marché

Toujours selon ADDECO Groupe, 1 million d’emplois qualifiés seront créés dans le monde grâce à la robotique dans les 5 ans à venir. La mutation en cours privilégie l’essor des métiers du software (chef de projet et ingénieur, développeur, intégrateur, technicien), des profils IT à haute valeur ajoutée.

Voici quelques métiers qui ont de l’avenir :

  • Chief digital officer
  • Digital evangelist
  • Data scientist (maîtrise des mégadonnées)
  • Chief Data Officer (analyse des besoins en données)
  • Master data manager
  • Data protection officer (sécuriser les informations de l’entreprise, intégrité, coffre-fort électronique…)
  • Project manager IoT (internet des objets)
  • Domoticien
  • Télépilote de drones
  • Designer UX (expérience utilisateur)
  • Designer UI (interface utilisateur)
  • Ingénieur 3D
  • Dessinateur 3D
  • Technicien de maintenance
  • Thérapeute spécialiste des addictions digitales (et oui… ! ).

Pour découvrir le rôle et les compétences demandées, téléchargez le livre blanc « Digitalisation et robotisation, réinventer les métiers ? » du Groupe ADDECO.


À voir également, l'actu sur l’intelligence artificielle et les traducteurs

Nos sources : Hors-série Le Monde « Dans la tête des robots »Penser l’emploi autrement – Groupe ADDECOLivre Blanc « Digitalisation et robotisation, réinventer les métiers ? » Groupe ADDECO

Illustrations dans l'ordre d'apparition : © Fotolia - Tatiana Shepeleva, Александр Ивасенко, zapp2photo, Alexander Limbach, yossarian6, Gorodenkoff, ADDICTIVE STOCK

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : py7peyaum2

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées (utilisées) dans le cadre d'échanges concernant les sujets abordés sur ce blog. J'ai noté que mon adresse mail n'était pas publiée.

Pour connaître et exercer vos droits d’accès, de rectification, de portabilité et notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.