Ecrit par : Rachel Paluszak le 16/01/2019 - Lu : 286 fois - Commentaire : Aucun
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Le portage salarial, un atout pour les acheteurs de prestations intellectuelles !

Le Club des Acheteurs de Prestations Intellectuelles, le Conseil National des Achats et Décision Achats ont édité la nouvelle édition du Baromètre des Achats de prestations intellectuelles en novembre 2018.

Le point sur les pratiques d’achats en cours pour faciliter vos recherches de missions en portage salarial.

Quelles prestations intellectuelles les entreprises achètent-elles ?

L’achat de produits et services externes est le principal poste de dépenses des entreprises. La plupart des sociétés externalisent une partie des prestations intellectuelles nécessaires à leur activité, faute de ressources internes ou pour répondre aux besoins d’un projet de développement limité dans le temps. Le Baromètre des Achats de prestations intellectuelles nous apprend que 44% des entreprises ont un taux de couverture des achats de prestations intellectuelles de 50% et plus et la moitié du panel interrogé déclare avoir un responsable achat dédié à ce service.

Le top 7 des achats de prestations intellectuelles

Les consultants portés ont de belles perspectives d’avenir dans la mesure où 75% des entreprises achètent des prestations informatiques et 69% des prestations d’études et de conseils. La formation représente 35% des achats, suivie par la communication (31%), les RH (30%), le marketing digital (24%) et les R&D (22%).

Quels sont les principaux critères d’achat ?

Bien que 72% des entreprises interrogées déclarent que le critère du prix est fort dans leur choix, d’autres exigences sont clairement exprimées. En premier lieu, la qualité des livrables et des services, puis le respect des délais, la création de valeur et enfin le RSE.

Les profils des prestataires portés sont de plus en plus reconnus par les entreprises pour leur haute valeur ajoutée et la qualité de leurs services. Cette image de marque permet aux consultants, formateurs créatifs portés d’avoir un bon positionnement pour répondre aux critères de recherche des sociétés malgré des tarifs plus élevés que certains auto-entrepreneurs par exemple, à condition de savoir vendre leur différence et la qualité de leur prestation.

Comment les entreprises sélectionnent-elles leurs prestataires ?

59% des entreprises déclarent avoir une politique de référencement de leurs fournisseurs. On pourrait croire que le système est assez fermé, or 78% des interrogés misent sur un référencement de plus en plus ouvert, ce qui représente une réelle opportunité pour les consultants qui recherchent de nouvelles missions en portage salarial.

Ainsi 29% pratiquent le sourcing ouvert, 22% le référencement fermé mais renouvelé régulièrement, 49% le référencement ouvert et renouvelé en fonction des besoins internes.

Ce qu’il faut retenir pour être dans le circuit achat des entreprises

La première méthode de sourcing des entreprises reste la recommandation par les services internes (73%), une raison majeure de développer ses contacts en entreprise quels que soient les postes occupés. 64% des interrogés passent par des réseaux d’acheteurs, 35% par des plateformes en ligne, 30% par des cabinets de conseil.

26% des interrogés utilisent les réseaux sociaux pour découvrir de nouveaux prestataires, 19% la presse, 13% les sites internet, les salons et autres événements. Ces chiffres prouvent à quel point développer sa présence digitale en tant que professionnel en portage salarial est important.

Les atouts du portage salarial face aux risques achats

Le secteur des prestations intellectuelles regroupe des profils très variés : l’intérimaire cadre, l’auto-entrepreneur, le freelance, les acteurs des cabinets spécialisés et le prestataire porté.

La politique achat des prestations de services n’a rien à voir avec celle des fournitures ou des matières premières. Avec l’humain au cœur de la négociation, les entreprises doivent faire face à des risques particuliers et ils sont seulement 49% à avoir un plan de progrès des risques fournisseurs. Parmi les profils, quels sont ceux finalement qui génèrent le moins de risques pour l’acheteur ?

Les professionnels en portage salarial sont particulièrement bien positionnés car ils ont un atout de taille pour vendre leurs prestations : la fiabilité, la souplesse et la sécurité de leur statut.

Quels sont les risques identifiés par les acheteurs et comment le portage salarial y répond ?

88% des sondés évoquent comme risque le délit de marchandage, c'est-à-dire la fourniture de main d’œuvre causant un préjudice au salarié qu’elle concerne. Le statut du portage salarial est très protecteur sur la question puisque le porté est autonome dans la recherche de sa clientèle et dans les conditions d’exercice de sa mission tout en étant hébergé par une société de portage qui lui garantit les droits du salarié. Le contrat de prestation signé entre l’acheteur, le prestataire porté et la société de portage définit avec précision les conditions de la mission et les droits et devoirs de chaque partie.

76% des entreprises s’inquiètent des risques fiscaux notamment URSSAF liés à l’emploi de fournisseurs qui ne répondraient pas à leurs obligations en la matière. En portage salarial, les obligations liées à l’URSSAF sont gérées par la société de portage salarial du prestataire qui est automatiquement à jour dans toutes ses cotisations.

Autre bête noire des acheteurs, le risque de requalification (70,5%), un risque qui concerne notamment certains auto-entrepreneurs avec beaucoup de cas de jurisprudence en la matière. Les conditions d’exercice en portage salarial sont très claires et réglementées, elles sont aussi plus souples qu’en intérim par exemple. Un porté est salarié de la société de portage qui l'héberge. Il reste autonome dans la gestion de ses missions dans la limite des conditions fixées par la loi : 36 mois de mission pour un même client contre 18 mois en intérim.

Le prêt de main d’œuvre illicite inquiète 82,5% des sondés. En portage salarial, la sous-traitance est très contrôlée. Imaginons le cas d’un consultant créatif qui a en charge un projet de campagne publicitaire. Il a besoin de deux autres professionnels : un rédacteur et un web master pour son client. Il peut choisir la sous-traitance interne avec des collaborateurs eux-mêmes portés dans la même société. Dès lors, il n’y a aucun risque de prêt de main d’œuvre illicite. Il peut choisir de la sous-traitance externe. Dans ce cas, il devra demander toutes les pièces justificatives au sous-traitant externe eu égard à ses obligations fiscale et sociales. Ce n’est donc pas au client final de gérer ce risque.

Dans tous les cas, les clauses du contrat de prestation en portage salarial précise en toute transparence, les sous-traitants qui interviennent sur une mission donnée et les conditions de leur intervention.

La dépendance économique est un autre risque relevé par 79% des sondés. Le statut même du portage salarial amène les prestataires à multiplier les missions et les clients pour réaliser leur chiffre d’affaires. C’est un risque qui concerne plus souvent certains professionnels des plateformes de services ou auto-entrepreneurs.

Le portage salarial : l’option fiable pour les acheteurs

On l’aura compris, le portage salarial a tous les atouts pour sécuriser l’acheteur de prestations intellectuelles qui limite tous ses risques avec cette option.

En outre, les profils des prestataires portés, leur expertise reconnue, leur formation initiale en font des acteurs incontournables pour tous les acheteurs de prestations qui recherchent la qualité, la réactivité et un réel retour sur investissement.


Pour en savoir plus sur le portage salarial, contactez MISSIONS-CADRES au 04 50 36 70 97


Source : www.club-acheteurs.com

Illustration : © Ruslan Grumble, Fotolia

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : dynm8nm2tw

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées (utilisées) dans le cadre d'échanges concernant les sujets abordés sur ce blog. J'ai noté que mon adresse mail n'était pas publiée.

Pour connaître et exercer vos droits d’accès, de rectification, de portabilité et notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.