Ecrit par : Bernard Béguin le 29/12/2017 - Lu : 287 fois - Commentaire : Aucun
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Portage salarial ou micro-entreprise : que choisir en 2018 ?

Promesse de campagne oblige, le gouvernement doublera les seuils des chiffres d’affaires des micro-entrepreneurs en 2018.

Mais on le sait bien, les cadeaux de l’État sont toujours à double tranchant. Que retenir d’une mesure qui finalement vise à faire progressivement passer le micro-entrepreneur au réel ?

Et si le portage salarial évitait les mauvaises surprises et le casse-tête des facturations à venir ?

De nouveaux seuils de CA mais rien de nouveau côté TVA

Dès le 1er janvier 2018, les seuils des micro-entreprises passent de 82 800 € à 170 000 € pour les activités de commerce et de 33 200 € à 70 000 € pour les activités de services (BIC et BNC). Si désormais, le micro-entrepreneur peut développer son activité côté finances, il sera assujetti à la TVA dès le dépassement des anciens seuils mais sans toutefois sortir du régime de la micro-entreprise.

Payer la TVA, ce que cela change pour les micro-entrepreneurs

La facture sera forcément plus salée pour les clients. Si les entreprises pourront récupérer la TVA, le secteur associatif et les particuliers ne le pourront pas. Or, qui voudra éponger à sa charge les 20% supplémentaires.

Pour Sylviane G. « la micro-entreprise est pour moi une activité complémentaire. J’ai décidé de la créer pour répondre aux besoins spécifiques d’associations avec lesquelles je travaille régulièrement comme prestataire de services en communication. Je l’ai fait par contrainte plutôt que par choix, pour ne pas perdre ce type de clientèle. Il est clair que je ne profiterai pas du relèvement des seuils et que je continuerai à rester dans les clous des 33 200 € pour éviter de payer la TVA. Pour le reste de mes clients, je passe par portage salarial car je n’ai aucune contrainte de CA et aussi parce que le statut est bien plus sécurisé en matière d’accès aux droits sociaux. »

Autre conséquence pour le micro-entrepreneur, l’obligation de déclarer et de verser à l’État la TVA perçue au moins tous les trois mois. Pour récupérer celle de ses achats, il devra tenir une comptabilité simple. Pour déduire ses frais, il devra passer au réel.

Une augmentation mécanique des cotisations sociales en micro-entreprise

Le statut de la micro-entreprise est intéressant dans la mesure où le CA n’explose pas. Plus ce dernier augmente, plus la part des cotisations s’aligne et augmente. Passé un certain seuil, le régime devient moins intéressant que d’autres. Une raison de plus pour comparer les options avant de lancer son projet d’entreprise.

Micro-entreprise et cotisations sociales : le point d’interrogation

On sait que le gouvernement doit passer un décret pour adapter le taux des cotisations sociales des micro-entrepreneurs. A ce jour, le taux n’est pas connu. Par ailleurs, la protection sociale acquise à ce jour, reste à désirer avec notamment un grand point noir concernant la retraite. Mieux vaut opter pour un statut plus protecteur si on veut un jour avoir une retraite qui permet à minima de survivre…

Portage salarial ou micro-entreprise : quel statut pour quel projet ?

D’abord les deux statuts ne sont pas incompatibles. Chez MISSIONS-CADRES, 10% des prestataires en portage salarial ont aussi un statut de micro-entrepreneur pour des raisons similaires à celles de Sylviane G. Ces dernières années, nous avons noté que beaucoup de micro-entrepreneurs optaient pour le portage salarial après avoir atteint le seuil de CA autorisé, puis se centraient finalement sur le portage salarial car le statut est bien plus sécurisé.

Le portage salarial ne s’adresse pas à tous les profils de porteurs de projets. Il est conçu pour les prestataires de services spécialisés dans une profession intellectuelle qui réalisent des missions pour des entreprises. Pour ces profils d’entrepreneurs, le portage est un vrai choix stratégique à moyen et long terme pour entreprendre en toute sécurité, avec simplicité et avec les avantages sociaux du salarié.

4 raisons de choisir le portage salarial quand on exerce une profession intellectuelle

Quand on lance son affaire, l’important est de disposer d’un maximum de temps pour se centrer sur son cœur de métier, sur son activité commerciale et de maîtriser sa trésorerie. Il faut avoir l’esprit libre pour aller à l’essentiel : développer sa clientèle et la fidéliser.

1. Aucune gestion administrative et fiscale en portage salarial

Votre société de portage salarial prend en charge la totalité de votre administration, de la gestion de vos cotisations et de vos facturations. Parce qu’elle dispose d’une équipe de professionnels spécialisés en comptabilité, en fiscalité, en droit du travail et du commerce, elle représente vos intérêts et assure toute la veille juridique nécessaire pour que vous puissiez réaliser vos missions en toute liberté.

2. Le prestataire porté maîtrise sa trésorerie

Chez MISSIONS-CADRES, vous n’attendez pas le paiement final de votre client. Dès votre facturation, votre rémunération est avancée. Vous n’avez ainsi pas de trous de trésorerie à gérer.

3. Le prestataire en portage a la couverture sociale d’un salarié

Contrairement au micro-entrepreneur, l’entrepreneur en portage salarial a les mêmes droits sociaux que s’il était salarié : en cas de maladie, il a le droit aux indemnités journalières de la sécurité sociale, en cas d’accident il est parfaitement couvert, il cotise au régime de la retraite comme un salarié et a le droit aux indemnités de chômage.

4. En portage salarial, les frais de mission sont remboursés

Le porté peut se faire rembourser ses frais de mission et une partie de ses frais professionnels. Il dispose automatiquement d’une assurance responsabilité professionnelle dès son contrat de portage signé.


Vous hésitez encore entre le portage salarial et la micro-entreprise ?

MISSIONS-CADRES vous informe et vous reçoit pour un entretien gratuit et personnalisé en fonction de votre projet professionnel. Avant de vous lancer en 2018, contactez-nous au 04 50 36 70 97.


Illustration : © kotoyamagami - Fotolia

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : vxaq9666jr

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées (utilisées) dans le cadre d'échanges concernant les sujets abordés sur ce blog. J'ai noté que mon adresse mail n'était pas publiée.

Pour connaître et exercer vos droits d’accès, de rectification, de portabilité et notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.