Ecrit par : Bernard Béguin le 20/07/2015 - Lu : 1 181 fois - Commentaire : Aucun
Vous êtes ici : Accueil >> Articles

Samia Klouche, coach professionnelle et consultante à l’international

Samia Klouche est coach professionnelle en portage salarial chez MISSIONS-CADRES. Elle se définit volontiers comme une chercheuse en développement des potentiels humains dans l'organisation et la mise en œuvre du travail en conscience en entreprise. Mais ses recherches dépassent le cadre strictement professionnel.

En effet, elle s'intéresse également à la place des individus dans leur milieu familial et étudie les interactions de ce domaine sur la sphère professionnelle et inversement. Nourrie par une très riche palette de connaissances et de pratiques professionnelles et spirituelles, Samia accompagne individus, équipes et organisations pour développer leurs compétences, réussites et stratégies de développement.

MC : Comment définiriez-vous le métier de coach ?

Samia Klouche : Je suis certes coach mais c'est un mot que j'utilise de moins en moins. Trop galvaudé depuis quelques années. Je lui préfère le qualificatif de chercheuse en relations humaines et en comportements personnels et professionnels.

Je suis là pour écouter le processus mis en œuvre dans le discours exprimé par mes clients et aménager l’espace nécessaire pour leur permettre de régulièrement s'interroger sur leur posture personnelle,relationnelle,professionnelle. Cela leur permet de puiser en eux les ressources nécessaires au changement, de s’autoriser à utiliser au mieux leurs potentiels et de développer leurs compétences actuelles. C’est une démarche totalement consciente, positive que nous co-construisons de concert.

Pour donner de l'espace et de la sécurité à mes clients afin qu'ils atteignent leurs objectifs, mon mode opératoire est de prendre appui sur l'écoute, le silence, l'humour, une question qui désarçonne et qui les amène à un dialogue intérieur, une relation avec eux-mêmes.

Mon rôle est de soutenir les personnes ou les équipes dans leurs cheminements, au delà de leurs zones de confort afin qu'ils s'autorisent à être totalement eux-mêmes et à poser des actions radicalement nouvelles en cohérence avec leurs objectifs professionnels.

Le coaching est un métier exigeant et passionnant dans lequel on ne s’improvise pas. C'est à mon sens plus une posture intérieure, un art qu'il faut manier avec subtilité et finesse puisque nous accompagnons des êtres humains dans leur développement de conscience professionnelle et personnelle. Il est essentiel de suivre une formation et d'être soi-même supervisé tout au long de sa carrière professionnelle. Pour ma part, je suis supervisée depuis mes débuts dans le métier. Aujourd'hui je supervise des coachs, formateurs et consultants.

MC : A qui vous adressez-vous ?

SK : Mon spectre d'intervention est assez large.Je pratique le coaching individuel comme le coaching d'équipes. J'interviens pour du coaching d'organisations et du coaching de changement de culture d'entreprise. J'ai une activité de superviseur de coachs internes. ainsi que du processus global de coaching d'organisation.

J'accompagne également toute personne qui a un projet de mutation professionnelle, de création d'entreprise ou de mobilité à l'international.

En somme, je peux être une personne ressource pour tout être ou tout système dont le besoin de changement est impérieux pour la poursuite de son évolution et de sa pérennité dans le temps.

MC : Avez-vous eu d'autres expériences professionnelles avant de devenir coach?

SK : J’ai fait des études de psychologie. Parallèlement j'ai suivi une analyse freudienne puisune analyse didactique. Après quelques années, j’ai ouvert mon cabinet de psychanalyse.

Mon esprit curieux orienté perpétuellement vers la recherche d’une compréhension de plus en plus profonde de l’humain m’a conduit à m’intéresser et à me former à différentes approches et outils dans le domaine de la psychologie comme le rebirth, la sophrologie, la PNL, l'analyse transactionnelle, la psycho généalogie, les constellations familiales...

Parallèlement à cela, j’ai exercé le métier d’attachée de presse puis de directrice en communication entre autre chez Flammarion et Albin Michel. Puis je suis passée de l'autre côté du miroir en devenant modératrice de débats pour la Fnac et animatrice à France culture pour l'émission « les chemins de la connaissance ». La presse écrite m'a nourrie durant quelques années. J'ai collaboré dans de nombreux journaux tels que Témoignage Chrétien, La vie, Phosphore, Talents, L'express, VDS... J'utilise aujourd'hui, auprès de mes clients, toute ma palette d’outils et de techniques de communication acquis durant ces riches années.

Je suis devenue coach avant l'heure et sans le savoir. Ceci grâce à mes patients qui une fois leur thérapie achevée, m’ont sollicitée pour les accompagner, soit comme chefs d'entreprises, soit comme simples collaborateurs ou managers. Mes premiers pas dans cette nouvelle posture ont étés de les soutenir dans de nombreuses directions : communication, organisation, médiation, stratégie. Durant cette période, j'ai suivi une formation de formateurs.

Assez rapidement j'ai été un soutien pour eux dans leur façon de manager ; je les ai guidés dans la construction de leurs équipes dans un esprit collaboratif et co-responsable. Lorsque j'ai entendu parler du coaching, c'était aux environs de 1998-99.En un instant, il m'est apparu comme une évidence que c'était dans cette direction que je voulais que mes pas se poursuivent. J'ai donc démarré mes formations en coaching d'entreprise. A partir de là, une nouvelle aventure professionnelle s'ouvrait à moi. Je remercie ceux et celles qui m'ont offert la chance de les accompagner dans l'univers de l'entreprise où je me suis donnée en toute confiance au coaching.

MC : Vous avez également des compétences en médecine douce ?

SK : Certes, j’accompagne l’individu dans sa globalité dans le cadre de son milieu personnel, familial et professionnel. Mais je n'utilise pas à proprement parler mes compétences en médecine douce.

Passionnée de chine et de physiologie du corps,je me suis formée à la médecine chinoise et à l'ostéopathie.Nos postures corporelles ont des conséquences directes sur nos comportements. Aussi lorsque je travaille avec des clients sur des notions de postures et d'impostures, je fais des liens avec la façon dont ils se placent dans leurs corps.Je croise mon approche de coach avec les compétences que j’ai acquises au fil des années en médecine chinoise et en philosophie taoïste (6 ans de formation). Cela me permet d'avoir une grille de lecture particulièrement fine de la psychologie humaine et de comprendre certains cadres de références dans des conflits d'entreprises avec des partenaires chinois par exemple.

MC : La spiritualité joue un rôle important dans votre vie… Comment utilisez-vous cette richesse dans votre relation à l’autre ?

SK : La dimension spirituelle fait partie de ma vie depuis l’âge de 19 ans. J’ai été initiée à plusieurs pratiques spirituelles de différents courants. Je pratique la pleine conscience au quotidien depuis toutes ces années. Dans mon travail, j'accompagne mes clients à être pleinement conscients des tâches et des actions qu'ils mettent en place dans leur quotidien professionnel. Je les guide pour qu’ils soient à l'écoute des processus qu'ils mettent en œuvre dans leurs relations collaboratives et managériales. Ceci de façon à transformer les résistances, croyances négatives et entravantes qui les empêchent de construire des relations saines, respectueuses avec leurs paires, collaborateurs et supérieurs hiérarchiques. Un de mes objectifs est de réussir à amener le maximum de personnes dans la hiérarchie de l'entreprise à se parler « vrai », s’apprécier et à se respecter dans leurs sphères professionnelles. Qu’ils reconnaissent d'emblée les qualités des membres de leurs équipes ou de leurs familles et qu'ils identifient leur faiblesses sans les juger en les aidant à les transformer. L’idée est que l’entraide et la bienveillance deviennent vecteurs d’une dynamique positive dans l'entreprise comme dans les familles.

MC : Pourquoi avez-vous choisi le statut du portage salarial pour exercer le coaching ?

SK : Durant ma carrière, j’ai fait des allers retours entre différents statuts en fonction des opportunités et des besoins : salariée, indépendante, création d'entreprise puis maintenant le portage salarial. Cela me permet d’éviter les lourdeurs administratives et de me centrer sur mon métier. Le portage me facilite vraiment la vie.

MC : En un mot ce qu'il faudrait retenir de votre vision des choses ?

SK : Mon but à travers mon métier est d'accompagner le maximum de personnes à devenir des cueilleur de vie et chasseurs de rêves.

Pour contacter Samia Klouche, coach professionnel
ks.coachingmissions@orange.fr
- Tél. +33(0)6 65 26 01 99 - Linkedin - Viadeo

Ecrire un commentaire :

Prénom

E-mail (non publié)

Votre commentaire

Recevoir une notification lorsqu'une réponse est postée (lien de désabonnement présent dans l'e-mail)

Veuillez recopier le code de sécurité : 9tniyp7n5y